Menu

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Benoît du Guiers en Avant-Pays savoyard voir la suite

31 mars 2018 Veillée Pascale

Avressieux, le 31 mars 2018

Homélie de la veillée pascale (B)

(Gn 1,1-2,2 ; Ps 103 (104) ; Ex 14,1-15 ; Bc 3,9-15.32-44 ; Ps 18a (19) ; Rm 6,3b-11 ; Ps 117 (118) Mc 16,1-7)

Chers frères et sœurs, il me plaît en cette nuit solennelle de vous inviter de nouveau à laisser éclater notre joie ! Et pour cause, le Christ est ressuscité, Alléluia !

Qu’éclate dans le ciel la joie des anges ! Qu’éclate de partout la joie du monde !

Qu’éclate dans l’Eglise la joie des Fils de Dieu ! La lumière éclaire l’Eglise, la lumière éclaire la terre, peuples chantez : Nous te louons, splendeur du Père, Jésus, Fils de Dieu.

Pour vous parler de la résurrection, en cette « nuit où le Christ, brisant les liens de la mort, s’est relevé, victorieux, des enfers », j’ai interrogé les Ecritures, j’ai interrogé l’histoire, j’ai interrogé les saints, j’ai interrogé les savants, j’ai interrogé les Continents, j’ai interrogé les vivants, j’ai interrogé les morts, j’ai interrogé le firmament, j’ai interrogé l’Eglise : tous m’ont donné la même réponse : mystère ! La résurrection du Christ est le mystère central de notre foi et l’Eucharistie est le sacrement qui le réactualise au quotidien tant et si bien que nous proclamons à chaque célébration le mystère de la foi ! Et Saint Paul a raison de dire : « Si le Christ n’est pas ressuscité, notre proclamation est sans contenu, notre foi aussi est sans contenu… Si le Christ n’est pas ressuscité, notre foi est sans valeur » (1 Co 15, 14.17).

La résurrection est une démonstration de la puissance infinie de Dieu : Dieu est plus fort que la mort ! Mais célébrer la résurrection, c’est déjà célébrer par anticipation, notre propre résurrection. Et cela nous engage à vivre en ressuscité, parce que le Christ ressuscité vit dans le cœur de chacun de nous et nous donne de goûter aux forces de vie qu’il nous communique en nous invitant à les partager avec ceux qui ne croient pas ! C’est pourquoi Saint Paul nous rappelle ce soir que « si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts ».

Le Christ dit à chacun de nous ce soir : « Ne soyez pas effrayées ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité : il n’est pas ici ». Qu’est-ce que cela veut dire pour nous ? Un auteur spirituel a résumé tout cela dans un style poétique en disant que pour nous chrétiens, ressusciter,

« C’est quitter notre corps de chenille collée à la terre et devenir papillon aux ailes déployées dans la lumière,
Quitter le côté ombragé de la vallée et découvrir son versant ensoleillé
Abandonner les limites du temps qui fuit et entrer dans l’éternel aujourd’hui,
Briser le cercle étroit de la famille et être accueilli par une multitude de sœurs et de frères,
Communier à une multitude de visages transfigurés et s’émerveiller de la légèreté de notre corps lumineux
Se sentir envahi par une surabondance d’amour que nous pouvons partager avec ceux que nous aimons et qui marchent encore dans les ténèbres de la terre, à tâtons ». (cf. P. Michel HUBAUT, Du corps mortel au corps de la lumière : Fondements et signification de la Résurrection, 2009).

P. Urbain KIENDREBEOGO