Menu

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Benoît du Guiers en Avant-Pays savoyard voir la suite

24 décembre 2017 4° dimanche de l'Avent

sermon, homélie

Pont de Beauvoisin le 24.12.17

Homélie du 4ème dimanche de l’Avent (Année B)

(2 S 7,1-5.8b-12.14a.16 ; Ps 88 ; Rm 16,25-27 ; Lc 1, 26-38)

Le texte de l’Evangile de ce jour nous est bien connu. De ce fait j’ai voulu regarder de plus près les autres textes. Cela m'a permis de découvrir le lien étroit avec cette annonce faite à Marie.

Le livre de Samuel nous parle d'un échange entre le roi David et Nathan le prophète. Ce qui m'a interpellé dans ce texte ce sont les dernières phrases où en réponse à la question que se pose David pour construire une maison pour l'Arche du Seigneur, Dieu, par la bouche de Nathan, lui dit de ne pas s'occuper de cela mais lui annonce un successeur et il ajoute « Moi je serais pour lui un père ; et lui sera pour moi un fils ». Il annonce aussi une royauté qui subsistera et un trône stable pour toujours.

N'était-ce pas là ce que Gabriel vient d'annoncer à Marie ?

Dans le psaume nous avons enchanté :

« J’ai juré à David mon serviteur, j'établirai ta dynastie pour toujours. »

Et dans la conclusion de la lettre de Saint-Paul aux Romains il parle à ses auditeurs d'un ministère manifesté au moyen des écrits prophétiques…

Alors après avoir médité ces textes je suis revenu à l'Évangile. J'ai mieux compris que nous étions dans la réalisation de ce que Dieu avait annoncé par ses prophètes.

Marie a du mal à comprendre pourquoi l’ange Gabriel  vient la rencontrer. Elle ne comprend pas. « Pourquoi moi ?» aurait-elle pu dire. Marie est bouleversée par ce que lui dit l'ange, elle est bouleversée mais confiante même si elle se pose des questions et d'ailleurs la question qui pour elle mais pour nous aussi est : « comment cela va-t-il se faire ? »

C’est une vraie question que nous nous sommes certainement tous posés un jour et peut-être n’avons-nous pas la réponse.

Pourtant en y regardant de plus près, et en reprenant le texte du Credo, cette affirmation de notre Foi que nous récitons tous les dimanches, nous y trouvons, « conçu du Saint Esprit, né de la vierge Marie » et dans le texte de Nicée Constantinople que nous utilisons moins régulièrement il est dit : « par l’Esprit Saint, il a pris chair de la Vierge Marie ». A partir de tout cela ne pouvons-nous pas nous interroger en nous disant : « est-il plus facile de croire à la conception virginal de Jésus ou à sa résurrection d’entre les morts? Tout est une question de Foi.

Alors revenons-en à la réponse de l’ange : « l’Esprit viendra sur toi ».

Et Marie va dire oui. Elle va accepter de se mettre au service.

J'avoue que quand j'entends ce texte je suis toujours en admiration devant cette réponse d'une jeune fille « voici la servante du Seigneur qu'il m’advienne selon ta parole »

Elle se remet entièrement dans les mains du Seigneur. Elle dit oui sans hésiter. Elle ne sait pas encore où cela l'amènera mais elle accepte.

Combien de fois dans nos vies, dans ma vie, me suis-je retrouvé dans une telle situation et trop souvent, je tergiverse, j'essaye de contourner l'obstacle.

Pour Marie cela a l'air si simple… Elle a compris que si l'on dit oui à Dieu il nous donnera tout ce qu'il faut pour réaliser ce qu'il nous demande. Il est prêt à partager notre fardeau si nous le lui demandons.

En ce quatrième dimanche de l'Avent, alors qu'ils ne nous restent plus que quelques heures avant de fêter la Nativité, nous pouvons nous tourner vers notre Père et lui dire comme Marie : nous sommes prêts à te servir et nous comptons sur toi pour nous donner ton Esprit qui permettra de réaliser ce que tu attends de nous.

Pierre Van Styvendael, diacre permanent