Menu

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Benoît du Guiers en Avant-Pays savoyard voir la suite

20 mai 2018 Pentecôte

Domessin, le 20 mai 2018

Homélie de la Pentecôte (B)

(Ac 2,1-11 ; Ps 103 (104) ; Ga 5,16-25 ; Jn 15,26-27 ;16,12-15)

Dans les temps anciens, Dieu avait parlé par la bouche du prophète Ezéchiel en disant : « Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés… Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau… Je mettrai en vous mon esprit, je ferai que vous marchiez selon mes lois, que vous gardiez mes préceptes et leur soyez fidèles » (Ez 36, 25-27).

Frères et sœurs bien-aimés, la Pentecôte, c’est la réalisation de cette prophétie. En effet, comme nous l’avons entendu dans la première lecture, « quand arriva le jour de la Pentecôte, au terme des cinquante jours après Pâques, les disciples se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain, un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière… Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit ». Pour recevoir l’Esprit Saint en tant que disciple du Christ, nous devons être ensemble, nous devons faire église, car c’est dans l’Eglise que nous recevons le don de l’Esprit Saint et toutes les grâces que Dieu nous communique par lui.

La Pentecôte, c'est la fête du sens de la vie et le sens de la vie passe par l'importance que l'on donne à l'autre. On ne peut plus rester tranquille sans réagir devant ceux qui sont dans le besoin. Si nous nous laissons habiter par l’Esprit de Pentecôte, notre propre vie est ébranlée devant la souffrance du monde et c'est le sens du coup de vent qui vient ébranler la maison dans laquelle les apôtres se sont retirés après la mort de Jésus. L’Esprit manifesté sous l’aspect de langues de feu est le symbole de la diversité des hommes et des cultures, appelés à l’unité, à la fraternité et à la solidarité à travers le langage de l’amour. Dieu nous donne par son Esprit les moyens pour être témoins et porteurs de la Bonne Nouvelle de l’amour, de l’unité et de la fraternité entre les hommes. Accueillir donc l’Esprit Saint, c’est miser sur « le seul pari qui vaille… celui de l’amour sans quoi rien ne s’accomplit » (Christiane Rancé, En pleine lumière, Albin Michel, 2016, p. 11-12).

Au sujet de l’Esprit Saint, Jésus parle précisément du Défenseur. Dieu a envoyé un Avocat pour rendre l’homme fort devant les tentations, pour le défendre contre les accusations du « diable, menteur et père du mensonge » (Jn 8,44), pour « conduire les pas de l’homme au chemin de la paix » (Lc 1,79) et pour le guider sur le chemin de la vérité : « Quand viendra l'Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité toute entière ». Et c’est là l’œuvre de transformation intérieure l’Esprit Saint accomplit en l’homme pour qu’il garde les commandements de Dieu par amour et que sa vie plaise à Dieu. « L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître ». Mais la difficulté n’est pas de connaître ce que Dieu attend de nous, mais plutôt de le mettre en pratique pour que notre vie produise « le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi » (2ème lecture).

Esprit de Pentecôte, souffle de Dieu,

vois ton Eglise aujourd’hui rassemblée,

Esprit de Pentecôte, souffle d’amour,

emporte-nous dans ton élan. Amen !

 

P. Urbain KIENDREBEOGO