Menu

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Benoît du Guiers en Avant-Pays savoyard voir la suite

14 janvier 2018 2° dimanche ordinaire

Avressieux, le 14 janvier 2018

Homélie du 2ème dimanche du temps ordinaire (Année B)

(1 S 3,3b-10.19 ; 1 Co 6,13c-15a.17-20 ; Jn 1,35-42)

Les textes de la liturgie de ce dimanche nous parlent d’appel. Dieu adresse un appel au petit Samuel qui lui répond : « Parle, ton serviteur écoute ». Saint Paul rappelait aux chrétiens de ne pas vivre à la Corinthienne mais de se souvenir que Dieu les a appelés à vivre en communion avec son Fils, Jésus Christ notre Seigneur » (1 Co1,9) et à Le glorifier dans leur corps qui est le sanctuaire du Saint Esprit. Et l’Évangile de saint Jean nous présente l’appel des premiers disciples de Jésus qui voulaient voir et savoir où habite leur Maître, l’Agneau de Dieu et demeurer avec Lui. Tous ceux ces appels de jadis éclairent les appels adressés aux chrétiens dans l’Eglise de ce temps présent et particulièrement en ces dernières années où le Pape François nous interpelle de façon incessante au nom de Dieu à offrir aux migrants et aux réfugiés un premier accueil approprié et digne : « accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés ».

C’est par ce thème en effet que le Pape François invite l’Eglise universelle à célébrer aujourd’hui la 104ème journée mondiale du migrant et du réfugié ; un appel, une invitation qui se veulent à la fois prière, prise de décision concertée et engagement concret, personnel, familial ou communautaire en faveur de ceux « qui fuient les guerres, les persécutions, les catastrophes naturelles et la pauvreté » (Pape François). Certes, comme l’exprime la prière composée pour la circonstance, « ce n’est pas toujours une voie facile ; elle demande des choix, des dépassements » (cf. Prière). Mais le disciple du Christ ne doit jamais oublier que « tout immigré qui frappe à sa porte est une occasion de rencontre avec Jésus Christ, qui s’identifie à l’étranger de toute époque accueilli ou rejeté » (Pape François). « J’étais un étranger, dit Jésus, et vous m’avez accueilli » (Mt 25,35).

Frères et sœurs, si nous revendiquons le qualificatif de chrétiens, disciples du Christ, il nous faut donner corps à la valeur de la fraternité universelle plus par des gestes simples que par des discours interminables. Dans l’évangile du jour, nous ne relevons que des verbes d’actions : entendre, suivre, voir, écouter, regarder, marcher avec et enfin demeurer avec. C’est pour traduire l’évangile dans le vécu quotidien que le Pape nous a proposé d’aujourd’hui : « Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés ». C’est entre autres, un des chemins pour favoriser et promouvoir une culture de la rencontre fondée sur la charité chrétienne.

P. Urbain KIENDREBEOGO