Menu

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Benoît du Guiers en Avant-Pays savoyard voir la suite

Pourquoi ce nom

Rencontres entre Chrétiens et Musulmans pour échanger en toute amitié

« FONTAINES  de  MISERICORDE »

Pourquoi ce nom ?  
Dans son livre « L’Invincible Espérance », Christian de CHERGE écrivait :
 « Le monde serait moins désert si nous pouvions nous reconnaître (chrétiens et musulmans) une vocation commune, celle de multiplier au passage « LES FONTAINES DE MISERICORDE » 

 C’est l’image, le symbole de cette eau venant de la MISERICORDE de DIEU, se répandant sur toute la terre et rejaillissant sur tous les hommes de bonne volonté, qui nous l’a fait choisir.

Depuis septembre 2002, nos rencontres s’alternent entre la Mosquée et la Maison Paroissiale de Pont de Beauvoisin (Isère et Savoie)  
Pour la petite histoire c’est à la suite d’un après-midi passé avec un ami musulman où, après avoir parlé longuement de nos religions respectives, nous avons abordé ce qui s’était passé à Tibhirine et à notre grand étonnement, en mars et avril 1996, nous avions vécu exactement la même chose, lui avec sa communauté musulmane à Dijon et moi avec la communauté de l’Abbaye de Tamié  et là, nous nous sommes dit que nous n’avions pas le droit de garder pour nous cette relation entre chrétiens et musulmans, Nous en avons parlé au prêtre et à l’imam de Pont de Beauvoisin, 
Chrétiens et Musulmans, nous avons ressenti ce besoin de suivre les moines de Tibhirine.
Bruno CHENU a écrit dans le journal  la Croix en 1996
«  Ces sept moines perdus dans la montagne algérienne sont devenus SEPT LUMIERES de PAIX et de FRATERNITE qui se sont mises à briller sur le chemin de tout homme au cœur droit » 


Pendant plus de 12 ans nos rencontres sont restées dans l’étude de nos livres saints : « la Bible et le Coran », dans notre foi en DIEU « Accepter  nos différences, se respecter, se connaître, se comprendre, créer des liens d’amitié ». Actuellement nous vivons au rythme de l’actualité et partageons nos craintes dans ce temps dramatique que vit le monde et gardons l’espérance pour l’avenir de nos enfants.