Menu

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Benoît du Guiers en Avant-Pays savoyard voir la suite

Homélie du 5° dimanche de Pâques

Domessin, le 14 mai 2017

Homélie du cinquième dimanche de Pâques (Année A)

(Références des textes bibliques : Ac 6,1-7 ; Ps 32 (33) ; 1 P 2,4-9 ; Jn 14,1-12)

Le dialogue de Jésus avec ses disciples, Thomas et Philippe, s’est passé non pas après la résurrection mais avant, juste à l’entrée de la passion. Et Jésus prononce des paroles d’adieu : « Que votre coeur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Je pars vous préparer une place dans la maison de mon Père… ».

Je voudrais faire un lien entre l’Evangile du jour et celui que nous avons écouté dimanche passé. Il y a toujours d’ailleurs comme un maillon qui raccorde la Parole de Dieu de dimanche en dimanche. Dimanche dernier, Jésus disait : « Amen, amen je vous le dis : moi je suis la porte » et aujourd'hui il nous dit : « Moi je suis le chemin… Personne ne va vers le Père sans passer par moi ». Il est chemin qui conduit au Royaume. Il est porte qui nous ouvre à la vie de Dieu.

Cette vie divine renvoie à ce que nous avons encore dimanche dernier : « Moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance ». On ne peut donner que ce que l’on a ; on ne peut se donner que par ce qu’on est. Jésus « a les paroles de la vie éternelle » (Jn 6,68) parce « qu’en Lui était la vie, lumière des hommes » (Jn 1,4). Jésus lui-même est la vie : « Je suis la résurrection et la vie » (Jn 11,25). C'est par lui que la vie de Dieu circule en nous. Accueillons donc cette vie pour combler toutes les aspirations de nos coeurs à une vie meilleure.

Aujourd’hui Jésus s’identifie à la vérité : « Moi, je suis la Vérité », c’est-à-dire qu’il est le seul capable de nous instruire des vérités du Royaume par sa Parole. Il nous le dira lui-même : « Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres » (Jn 8,31-32). Suivre Jésus dans la vérité, c’est accepter d’enlever les voiles qui cachent les vraies réalités de nos vies. Autrement dit, entrer dans la vérité de Jésus, c’est lui laisser le soin de nous faire passer d’une vie d’apparence à une vie de transparence.

C’est dans la vérité et la transparence devant Dieu et les hommes que nous pouvons développer une vie authentiquement chrétienne et devenir ainsi une pierre vivante dans l’Eglise pour faire partie de « cette descendance choisie, ce sacerdoce royal, cette nation sainte, ce peuple destiné au salut » (2e lecture). Alors, nous pourrons « annoncer les merveilles de celui qui nous a appelés des ténèbres à son admirable lumière » (2e lecture).

P. Urbain KIENDREBEOGO