Menu

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Benoît du Guiers en Avant-Pays savoyard voir la suite

Dimanche du Saint sacrement

DIMANCHE Du Saint-Sacrement du corps et sang du Christ, année A

Domessin (France), le 18 Juin 2017,

 Deutéronome 8, 2-3. 14-16 ; 1 Corinthien 10, 116-17 ; Jean 6, 51-58

Frères et sœurs en Jésus-Christ,

Aujourd’hui, l’Eglise nous invite à célébrer la fête du très Saint-Sacrement du corps et du sang de notre Seigneur Jésus-Christ. Cette fête est appelée aussi la Fête-Dieu. Nous voulons profiter de cette occasion pour souhaiter une bonne fête à tous les pères de famille que le monde célèbre aujourd’hui. Nous ne voulons pas oublier votre Curé le Père Urbain KIENDRÉBÉOGO. Bonne fête mon Père.

D’ordinaire le corps et le sang constituent les éléments vitaux de l’être humain. Par conséquent, en célébrant le corps et le sang de notre Seigneur Jésus-Christ, nous célébrons la vie que Dieu nous donne gratuitement. Dieu se fait vie en ceux et celles qui le reçoivent en nourriture sous les espèces du pain et du vin. Oui, c’est la nourriture des forts. Autrefois dans le désert, elle a nourri le peuple d’Israël pendant quarante ans. Elle permet aujourd’hui au croyant de traverser les moments de sécheresse de sa vie. Elle le fortifie dans ses moments difficiles.

Aujourd’hui, Saint Paul s’interroge et atteste que le pain béni et rompu, le vin que contient la coupe de bénédiction sont le Corps et le Sang de notre Seigneur Jésus-Christ. Ces éléments de la nature que sont le pain et le vin, proviennent des largesses du Créateur. Ils sont consacrés et donnés en nourriture aux croyants afin de construire en eux et entre eux la communion d’amour des enfants de Dieu. Et celle-ci ne se vit pas seulement entre les hommes, mais elle va au-delà de l’humain. C’est que le Christ Jésus lui-même enseigne dans l’Évangile.

En effet, quand on mange son corps et on boit son sang sous les espèces du pain et du vin, Dieu demeure en nous et nous, en lui. Il y a, donc, une communion éternelle entre Dieu et l’homme. Dans celle-ci, Dieu communique ce qu’il a de divin à l’homme en le sanctifiant. Et il prend son humanité pour la diviniser. Dieu est en nous et nous sommes en lui. Il nous communique sa vie et nous comble de son amour par lequel l’on nous reconnaîtra les enfants d’un même Père.  

Par son corps et son sang, il rassasie et assagit ; il fortifie et glorifie ; il purifie et sanctifie son Église. Ainsi comme des goutes d’eau sur une pierre l’effrite, Dieu, par son corps et son sang détruit les séquelles du péché et fortifie la vie qu’il a donnée à ses enfants depuis le Baptême.   

Qu’il nous sanctifie au cours de cette célébration eucharistique et nous comble au-delà de nos mérites et de nos attentes.

Amen

Père Mathieu