Menu

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Benoît du Guiers en Avant-Pays savoyard voir la suite

dimanche de la Trinité

Pont-de-Beauvoisin, le 4 juin 2017

Homélie de la Sainte Trinité (Année A)

(Références bibliques : Ex 34,4b-6.8-9 ; Ct : Dn 3,52-56 ; 2 Co 13,11-13 ; Jn 3,16-18)

« Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous » (2e lecture). Il n’y a pas meilleure explication du mystère de la Sainte Trinité que nous célébrons en ce jour, que celle formulée dans cette brève salutation de l’apôtre Paul aux Corinthiens. Jésus nous donne la grâce de la vie parce qu’il est venu pourque nous ayons la vie (cf. Jn 10,10) ; Dieu nous a créé par amour et nous fait vivre de cet amour ; l’Esprit Saint enfin nous garde dans la communion de cet amour et dans l’unité par le lien de la paix (cf. Eph 4,3).

Nos enfants, qui vont recevoir le Christ dans la Communion pour la première fois, recevront de façon particulière la grâce de Jésus et l’amour de Dieu le Père pour vivre désormais dans la communion de l’amour avec notre Communauté eucharistique. Et c’est cela qui constitue le motif de notre joie en ce jour. Car « Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique » (évangile), pour qu’en communion à son Corps, nous obtenions la vie et que nous soyons dans la joie et le bonheur.

En pensant à nos enfants qui vont recevoir Jésus aujourd’hui, il me revient à l’esprit cette expérience que Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus a vécu le jour de sa première communion alors qu’elle avait 11 ans : « Ah ! qu’il fut doux le premier baiser de Jésus à mon âme ! Ce fut un baiser d’amour, je me sentais aimée, et je disais aussi : "Je vous aime, je me donne à Vous pour toujours"… Le Ciel n’était-il pas dans mon âme ? » (Manuscrit A, 35). Recevoir Jésus, c’est recevoir le ciel dans son âme. Bien entendu chacun a un souvenir unique de sa première communion et s’il nous était donner l’occasion de le raconter, nous le ferions volontiers.

Je me tourne maintenant vers vous, les adultes dans la foi. Chers frères et sœurs, l’Eglise célèbre aujourd’hui la fête de la Sainte Trinité ! Nulle part dans le Nouveau Testament, nous ne trouvons aucune mention de ce mot. Et pourtant l’appellation est devenue tellement courante dans notre langage de foi qu’elle donne l’impression d’être évangélique. La trinité évoque rapidement pour les chrétiens le mystère du Dieu un en trois personnes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit, égaux en nature et en essence, mais en même distincts.

Pour rappel, l’expression « Trinité » est apparue au 2ème siècle avec Tertullien, théologien et écrivain de l’Occident chrétien, qui l’a utilisé pour désigner l'unité de la substance divine. Comme vous le constater, il est difficile de définir Dieu avec nos mots et nos images d’êtres humains. Pour cela, Jésus lui-même va nous révéler ce mystère du Dieu, Père, Fils et Esprit.

Jésus nous a révélé qu’en Lui Dieu le Père nous a tant aimés, et que la mission de l’Esprit Saint est de nous instruire et de nous conduire « vers la vérité tout entière » (Jean 16, 13). La trinité est Relation, Communication, Échange, Dialogue, Perfection, Unité ! Être chrétien, c'est croire au salut apporté par Jésus-Christ. Mais le croyant sait que ce salut, apporté par Jésus, vient de Dieu le Père et que cette œuvre de sanctification se poursuit sous l'action du Saint-Esprit. Nous sommes baptisés au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit !

Pour vivre à l’exemple des Personnes de la Sainte Trinité, nous devons multiplier les occasions de rompre avec les égoïsmes de notre société. Nous ne pouvons exister pour nous-mêmes. Demandons pardon à Dieu pour nos divisions et nos manques d’unité dans nos relations humaines et dans notre relation avec Dieu.

P. Urbain KIENDREBEOGO