Menu

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Benoît du Guiers en Avant-Pays savoyard voir la suite

5 novembre 2017 31° dimanche ordinaire

Pont de Beauvoisin, le 5 novembre 2017

Homélie du 31ème dimanche du temps ordinaire (Année A)

(Ml 1,14b-2,2b.8-10 ; Ps 130 (131) ; 1 Th 2,7b-9.13 ; Mt 23,1-12)

Frères et sœurs, la Parole de Dieu de ce dimanche semble avoir pour cible principale les leaders religieux ; mais elle s’applique aussi bien à tous ceux qui détiennent une parcelle de responsabilité ou de pouvoir dans la gestion des hommes et de « notre maison commune ». Deux vices nous menacent tous : la discordance entre nos paroles et nos actes et le petit poison de l’orgueil dans nos petites ou grandes responsabilités.

Si la morale catholique a rebuté jadis et peut-être encore de nos jours plus d’un chrétien, c’est parce que la plupart du temps, les ténors de cette morale ne se sont pas appliqués eux-mêmes à vivre ce qu’ils enseignaient. « Ils disent et ne font pas » (évangile). Or, comme le résumait le Pape Paul VI dans cette phrase devenue bien populaire : « L’homme contemporain écoute plus volontiers les témoins que les maîtres, ou s’il écoute les maîtres, c’est parce qu’ils sont des témoins » (Paul VI, Discours aux participants à la rencontre sur l’apostolat des laïcs, octobre 1975).

Si ici en France, les hommes politiques ont été récemment amenés à voter « la loi de moralisation de la vie publique », c’est parce qu’il y a eu certains abus du pouvoir. Je ne dirai pas plus, mais je puis vous attester sur un terrain qui m’est plus connu, que dans la plupart des pays africains, les hommes politiques une fois élus, renvoient aux calendes grecques leurs promesses de campagne électorale. « Ils disent et ne font pas » (évangile). Et cela devient source de zizanies et de troubles entre les hommes et les peuples. Or vous le savez tous, toute autorité, pour être crédible, doit composer avec la vérité, la justice et la transparence.

Et pour faire suite à nos échanges de ce matin pour favoriser l’émergence d’une spiritualité de l’écologie intégrale, on peut reconnaître avec le Pape François, en s’appuyant sur les paroles de l’apôtre Paul, qu’en accueillant chaque dimanche « la Parole de Dieu pour ce qu’elle est réellement, non pas une parole d’hommes, mais la parole de Dieu qui est à l’œuvre en nous, les croyants » (2ème lecture), il y a des « conséquences sur notre façon de penser, de sentir et de vivre. Il ne s’agit pas de parler, continue le Pape, …mais de s’engager…avec les mobiles intérieurs qui poussent, motivent, encouragent et donnent sens à l’action personnelle et communautaire » (Laudato Si, n° 216).

Frères et sœurs, nous ne devons jamais oublier que c’est dans l’humilité que toute action humaine trouve sa fécondité et sa grandeur. Et Saint Paul nous le rappelle si bien : « N’ayez pas le goût des grandeurs, mais laissez-vous attirer par ce qui est humble [et simple] » (Rm 12,16). Et Jésus conclut dans l’évangile du jour : « qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé » (évangile). Amen !

P. Urbain KIENDREBEOGO