Menu

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Benoît du Guiers en Avant-Pays savoyard voir la suite

5 février 2017

Avressieux, le 05 février 2017
Homélie du 5ème dimanche du Temps ordinaire Année A
(Références des textes bibliques : Is 58,7-10 ; Ps 111 (112) ; 1 Co 2,1-5 ; Mt 5,13-16)
Quand je me suis mis à préparer mon exhortation de ce dimanche, il m’est venu en mémoire cette histoire que j’ai lue dans le Petit trésor1 de François Garagnon. Je vous la résume : Un petit garçon de sept ans a accompagné sa mère à la Poste et il a rencontré un pauvre mendiant qui passait toute sa journée devant l’entrée en tenant un bout de carton où il était marqué : « Juste pour vivre un peu ! ». Et le garçon, après avoir dialogué avec lui – ce qui lui a d’ailleurs valu les remontrances de sa mère – a trouvé l’astuce pour lui trouver à manger parce qu’il avait été sensible à son indigence. Il dit alors à sa maman de passer à la boulangerie parce qu’il avait une faim de canard et qu’il avait urgemment besoin de croissants. Or, c’était pour les donner à celui « qui voulait vivre un peu » ! Et le pauvre, après avoir reçu les croissants, lui manifesta sa reconnaissance en s’exclamant : « Toi, tu es un vrai humain » ! Mais le petit garçon de sept ans ne comprenait pas ce que cela signifiait avant que sa mère ne lui explique : « Mon enfant, un vrai humain, c’est quelqu’un qui fait les choses avec la sincérité du coeur, et tout l’élan du dedans. Quelqu’un qui a toujours le geste fraternel quand il le faut ». La leçon de cette histoire est bien éloquente pour nous introduire dans le coeur de l’enseignement de l’Evangile.
Chers frères et soeurs, Jésus nous enseigne qu’un vrai chrétien, c’est d’abord un vrai humain illuminé par la grâce de son baptême et qu’on reconnait à travers ses oeuvres de miséricordes corporelles : « Partage ton pain avec celui qui a faim, accueille chez toi les pauvres sans abri, couvre celui que tu verras sans vêtement, ne te dérobe pas à ton semblable » (1ère lecture). Alors, « ta lumière jaillira comme l’aurore… ton obscurité sera lumière de midi ». N’est-ce pas ce que Jésus nous enseigne aussi dans l’évangile : « Vous êtes la lumière du monde… Que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux » (Evangile). Aujourd’hui, il y a de grandes figures chrétiennes qui sont des lumières pour notre monde. Il ne nous est pas impossible de rejoindre leur cercle. Et ce n’est pas à force de grands exploits, mais en mettant tout simplement la charité au coeur de notre vie chrétienne, tout devient extraordinaire aux yeux du monde par la grâce de Dieu.
Jésus nous enseigne encore qu’un vrai chrétien, c’est un vrai humain augmenté par la saveur de Dieu. Autrement, la valeur d’un vrai chrétien découle de la saveur de sa vie de foi, « si cette foi repose sur la puissance de Dieu par la grâce de l’Esprit » (2ème lecture). « Vous êtes le sel de la terre… ». Nous le savons tous, du sel dans la nourriture, c’est l’efficacité d’une présence dans la discrétion. Le chrétien n’agit pas pour être vu des hommes, il vit plutôt de manière à faire sentir sa présence en étant droit et lumineux, bonne saveur et lumière rayonnante en mettant en pratique la Parole de Dieu. Et si les chrétiens s’évertuent à avoir la saveur de Dieu, ça suffit pour qu’ils soient reconnus comme du levain dans la pâte humaine. Amen !
P. Urbain KIENDREBEOGO
1 Cf. François G., Le petit trésor, Monte-Cristo, 2001, p. 194-196.