Menu

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Benoît du Guiers en Avant-Pays savoyard voir la suite

17 septembre 24 ° dimanche ordinaire

St Genix, le 17 septembre 2017

Homélie du 24ème dimanche du temps ordinaire (Année A)

(Textes bibliques : Si 27,30-28,7 ; Ps 102 (103) ; Rm 14,7-9 ; Mt 18,21-35)

« Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? » (Évangile). On peut supposer que si l’apôtre Pierre pose une telle question, ce n’est pas juste pour satisfaire sa curiosité. Il a dû avoir maille à partir avec quelqu’un de façon répétée et il en a marre tout simplement de pardonner. Et voilà que la réponse de Jésus jaillit avec spontanéité comme s’il était au courant de ce goulot d’étranglement de Pierre : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à 70 fois sept fois ».

La question de Pierre ne rejoint-elle pas nos propres expériences dans le quotidien de nos vies tissées de situations parfois difficiles où l’exigence du pardon semble irréaliste et impossible ? Et comme il a coutume de le faire, c’est à travers une parabole que Jésus nous laisse nous-mêmes retenir la leçon sur le pardon inconditionnel et illimité qui doit habiter le cœur de l’homme par imitation de Dieu qui comme le décrit le psalmiste, « est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour, parce qu’il pardonne toutes nos offenses » (Ps 102).

Le chrétien n’est capable de pardon, c’est-à-dire, capable de donner ou de recevoir le pardon vis-à-vis de son semblable que s’il se laisse « saisir de compassion » comme Dieu vis-à-vis des pécheurs que nous sommes. « Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi » (Mt 6,14). N’oublions pas que c’est ce que nous demandons à chaque prière du Notre Père : « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés ».

Pardonner c’est imiter Dieu. Le pardon humain doit être à l’image du pardon divin. Le pardon chrétien n’a pas de limite. Dieu nous pardonne sans mesure, nous aussi nous devons pardonner sans mesure. Et pour avoir la force de le faire, nous sommes tous invités aujourd’hui à la table du pardon de Dieu, où sa Parole nous montre le chemin et où l’Eucharistie nous donne la force de l’accomplir.

Que les paroles de Ben Sira le Sage ne cessent jamais de résonner dans nos cœurs : « Pardonne à ton prochain le tort qu’il t’a fait ; alors, à ta prière, tes péchés seront remis… Pense aux commandements et ne garde pas de rancune envers le prochain » (1ère lecture).

P. Urbain KIENDREBEOGO