Menu

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Benoît du Guiers en Avant-Pays savoyard voir la suite

16 juillet 2017 15 °Dimanche ordinaire

Homélie du jour

Domessin, le 16 juillet 2017

Homélie du 17e dimanche du temps ordinaire (Année A)

(Textes bibliques : Is 55, 10-11 ; Ps 64 (65) ; Rm 8, 18-23 ; Mt 13, 1-9)

Jésus inaugure aujourd’hui une série d’enseignements en parabole sur le Royaume des cieux. Et dans l’évangile de Matthieu, l’image de la semence est dominante. « Voici que le semeur sortit pour semer… Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est lui qui entend la Parole et la comprend : il porte du fruit » (évangile). La parabole du semeur renvoie à Dieu lui-même, qui sème sa Parole par Jésus dans les cœurs des hommes, pour qu’en accueillant cette Parole, ils portent du fruit en vue de la vie éternelle. « Amen, amen, dit Jésus : qui écoute ma parole et croit en Celui qui m’a envoyé, obtient la vie éternelle » (Jn 5,24).

La semence ne peut pas pousser sans la fécondation de la terre. Il en est de même de la fécondité de la Parole de Dieu dans le cœur de l’homme. Le Prophète Isaïe l’exprime clairement dans la 1e lecture : « La pluie et la neige qui descendent des cieux n’y retournent pas sans avoir abreuvé la terre, sans l’avoir fécondée et l’avoir fait germer, donnant la semence au semeur… ainsi ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission » (1e lecture). A travers l’image de la semence, nous sommes invités à entrer dans la patience de Dieu. Cela nous invite aussi à la persévérance.

Les musiciens (de notre assemblée) sont mieux placés que moi pour parler de la mesure du temps en musique. Il y a des morceaux à deux temps, à trois ou à quatre temps et plus encore certainement. La vie chrétienne est à l’Evangile ce que la musique chantée est à la musique notée. Sur le terrain de la foi, la vie du chrétien doit être une mélodie chantée dans une mesure à trois temps que la Parole de Dieu nous invite aujourd’hui à respecter :

-Premièrement, il y a le temps des semailles ou de la plantation. C’est le temps de l’espérance où nous confions nos grains et nos plants à la terre.

-Il y a ensuite le temps de la germination et de la croissance. Ce temps est en fonction des intempéries ou de la qualité de réception des terrains (oiseaux, pierres, soleil, ronces). Saint Paul compare la vie chrétienne à un temps de germination et d’attente d’un enfantement : « Frères, j’estime qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire que Dieu va bientôt révéler en nous. En effet, la création aspire de toutes ses forces à voir cette révélation des fils de Dieu » (2e lecture).

-Et enfin, il y a le temps de la gloire, le temps des récoltes, des moissons et de la cueillette des fruits. C’est le temps du témoignage où la vie du chrétien produit les fruits de l’Esprit (cf. Ga 5,22).

Frères et sœurs, « laissons-nous visiter par l’amour de Dieu et préparons la terre de nos existences pour que la Bonne Nouvelle y prenne racine et porte du fruit en abondance » (Prions en église). Amen !

P. Urbain KIENDREBEOGO