Menu

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Benoît du Guiers en Avant-Pays savoyard voir la suite

12 novembre 2017 32° dimanche ordinaire

Avressieux, le 12 novembre 2017

Homélie du 32ème dimanche du temps ordinaire (Année A)

(Sg 6,12-16 ; Ps 62 (63) ; 1 Th 4,13-18 ; Mt 25,1-13)

La parabole des dix jeunes filles invitées à des noces illustre bien cette invitation de Jésus à la vigilance. Ils disaient à ses disciples : « Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient » (Mt 24,42). Et l’évangile du jour revient sur la même invitation : « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure » (évangile). Oui, la Parole de Dieu nous interpelle aujourd’hui sur deux cas de figures dans lesquels les chrétiens peuvent se retrouver bien souvent : la prévoyance et l’insouciance.

Quand nous planifions notre vie et anticipons sur les événements à venir, quand nous prenons nos précautions pour éviter les mauvaises surprises, quand nous souscrivons à des assurances de toute qualification pour nous-mêmes, nos moyens de déplacements ou nos maisons, nous sommes dans la prévoyance qui sait faire montre de patience.

Mais quand nous oublions que nous sommes en pèlerinage sur cette terre et que notre vie en ce monde est un temps de préparation à la vie du monde à venir, nous sommes dans l’insouciance.

Quelle est la leçon à tirer ? Le chrétien ne doit pas seulement marcher avec un agenda planifié qui lui rappelle les choses à faire, mais il doit aussi se munir d’une boussole intérieure qui lui indique toujours le chemin du ciel. Et cette boussole intérieure, c’est la lumière de la Parole de Dieu comme le dit le psalmiste : « ta parole est la lumière de mes pas, la lampe de ma route » (Ps 118,105).

Alors, quelle huile devons-nous garder en réserve pour que notre lampe reste allumée au moment de la grande rencontre ? Car la rencontre avec Jésus aura bel et bien lieu, que nous soyons déjà « endormis dans la mort » ou que nous soyons encore « vivants » comme le décrit saint Paul dans la 2ème lecture. Au soir de notre vie, quand nous entendrons cette voix qui crie au milieu de la nuit : « Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre », ce sera avec l’huile de nos bonnes œuvres que nous allumerons nos lampes pour dire : « me voici Seigneur, je viens faire ta volonté » (Ps 39), « je remets mon esprit entre tes mains » (Ps 31).

La foi chrétienne nous invite à agir maintenant et à ne pas gaspiller le temps qui nous est donné, parce que c’est le temps de l’amour et des œuvres de miséricordes. Toute la trame de la vie du chrétien doit être prudence, vigilance et prévoyance dans l’attente de la rencontre car nous sommes un pèlerinage vers la vraie vie, la vie éternelle.

P. Urbain KIENDREBEOGO